.

Découvrez le Document de Propositions « Cap(able) ? 10 Solutions pour la Planète », issu du cycle de rencontres Cap COP21 qui, tout au long de l’année, a réuni des centaines de participants. ONGs, scientifiques, artistes, entreprises, territoires, citoyens et intervenants ont fait émerger des recommandations, analysées et prolongées par les experts d’EcoAct pour aboutir à une réflexion plus transversale.

.

Ces 10 propositions ont été présentées le Jeudi 29 octobre à l’ESA (Agence Spatiale Européenne) à Paris, puis pendant la COP21 lors d’une Web TV au Bourget (replay disponible ici) et tout au long de l’Exposition SolutionsCOP21 au Grand Palais sur le stand d’EcoAct !

Le mot des fondateurs, Thierry Fornas (Président d’EcoAct) et Gérald Maradan (Directeur général d’EcoAct) :

« Il est désormais admis que l’Homme influe sur les grands équilibres de la planète. Si l’on en croit les plus récentes simulations, maintenir le rythme actuel de croissance sans modifier en profondeur nos modèles conduira à une hausse des températures moyennes de +3,7 à +4,8°C d’ici 2100.

Or, le changement climatique est un amplificateur de menaces sociétales et économiques. Il influe même sur la géopolitique moderne, touchant prioritairement les Pays les Moins Avancés. Concrètement, ce sont plus de 800 millions d’individus, soit plus de 10% de la population mondiale, qui sont concernés. Migrations, accès aux ressources, maintien des infrastructures face aux événements climatiques majeurs… La question du risque climat est centrale pour l’économie et dépasse de loin la notion de réputation. Le monde de l’entreprise bénéficie aujourd’hui de suffisamment de recul pour saisir tout l’intérêt à intégrer une stratégie climatique à son activité. La prise en compte de l’enjeu climat n’est plus une charge, mais un levier d’innovation, un sujet à intégrer pour non seulement garantir la pérennité de son activité, mais aussi participer au maintien d’une relative stabilité sociale et sociétale.
L’action à grande échelle est nécessaire. Et si des mécaniques de coopération, telle que la compensation carbone, existent déjà et permettent de lutter pour la préservation climatique tout en multipliant les bénéfices collatéraux pour les populations locales (éducation, santé, préservation de la biodiversité, dynamisation économique, etc.), il n’en reste pas moins qu’il faut faire plus, plus rapidement et plus efficacement.

Pour cela, rassembler les forces vives et volontaires, des experts aux compétences complémentaires, nous est apparu une démarche évidente pour favoriser l’émergence de solutions concrètes, partagées et performantes en faveur du climat.

Ainsi, EcoAct a lancé dès janvier 2015 le cycle de rencontres Cap COP21 pour favoriser les échanges entre pionniers de l’économie climatique, identifier les principaux verrous et trouver ensemble des pistes d’actions qui feraient de la responsabilité climatique un levier de performance.

Le succès de Cap COP21 a dépassé nos espérances. De nombreux scientifiques, ONGs, entreprises, citoyens et territoires se sont associés à la démarche pour travailler autour de thématiques d’une grande diversité telles que l’innovation climatique face à la crise, la ville de demain, l’optimisation territoriale, l’évaluation de la valeur climat, la finance carbone, … Les échanges ont été d’une grande richesse.

Il nous reste une fenêtre de 5 ans pour agir si l’on veut rester sous les 2 degrés. Aussi, nous appelons aujourd’hui la Communauté Internationale à fixer des objectifs ambitieux autour de deux axes majeurs pour une meilleure préservation climatique à horizon 2030 :

  • La neutralité carbone intégrale
  • La neutralité énergétique intégrale

Les solutions existent. C’est encore possible.

Pour atteindre ces objectifs, nous avons synthétisé les grandes alternatives évoquées lors des rencontres et groupes de travail Cap COP21 en 10 propositions. Celles-ci dépassent largement les simples aspects purement énergétiques et climatiques au profit d’une approche plus intégrée, afin de prouver que des solutions transversales, réalistes et pragmatiques existent. Forts de ce constat, nous attendons des législateurs, et spécialement des principaux acteurs de la COP21, qu’ils accordent une attention particulière à ces solutions fédératrices et fassent preuve du courage politique que demande la gravité de la situation actuelle. »

Consultez le document en intégralité ici.